sécurité avalanche, développement durable, Argentière 74

Diagnostic, scénarios et choix du Sivom HVA

Le Sivom de la Haute Vallée de l’Arve, formé des communes de Chamonix, des Houches, de Servoz et de Vallorcine, est maintenant remplacé par une communauté de communes.

Les principaux éléments qui ressortent du diagnostic sont :

- une vallée qui se développe sur 3 étages, successivement séparés par des étages naturel :
* Gorges de l’Arve (entre Servoz et les Houches)
* Défilé de la Poya (entre Chamonix et Argentière)
* Col des Montets (entre Argentière et Vallorcine)
Et où l’urbanisation se fait essentiellement en fond de vallée le long de l’axe routier principal ( RN205/506) et de la voie ferrée, parallèles à l’Arve.

- 14.000 habitants et 6.800 emplois qui sont essentiellement concentrés sur Chamonix et les Houches.
- des particularités touristiques :
/ si la population et l’emploi permanent évoluent peu, les fluctuations saisonnières sont très importantes, avec une croissance permanente depuis les années 90. Les pointes estivales sont plus fortes que les pointes hivernales.
/ les pôles d’attraction de la Vallée sont concentrés sur les remontées mécaniques et les pôles urbains de la Vallée, en hiver, alors qu’ils sont différents et beaucoup plus diffus en été.
- les principales caractéristiques du trafic routier sont :
/ l’axe RN 205/506 est le fil conducteur de la Vallée, avec des caractéristiques de voie express en bas de vallée jusqu’à Chamonix et de route de montagne après.
/ le trafic en basse vallée est le plus important, quelle que soit la saison ; il est plus important en été qu’en hiver ( environ 19.000 véhicules/jour en hiver et 30.000 en été).

PDF - 1.1 Mo
Trafic Haute Saison hiver
PDF - 1.2 Mo
Trafic Haute Saison d’été

/ l’essentiel du trafic circulant dans la Vallée est un trafic interne à celle-ci ( 2/3 des flux en hiver et 55% en été. Le transit par rapport à la Vallée est faible ( 5% des flux en hiver et 10% en été).

Le « concept » de déplacement retenu :

- un axe structurant de transport collectif ( TC) qui parcourt la vallée d’un bout à l’autre, en assurant son accessibilité depuis l’extérieur et des liaisons entre les pôles de la Vallée.
- une desserte locale en transport collectif, qui assure l’irrigation fine des pôles, en connexion avec l’axe fort TC ( ces pôles peuvent varier entre hiver et été ).
- un axe routier principal à maintenir d’un bout à l’autre de la Vallée, parallèlement à l’axe structurant TC, notamment pour assurer la liaison avec la Suisse et l’Italie.
- une politique de maîtrise des circulations et du stationnement liés à la voiture particulière ( VP), à l’intérieur des pôles urbains, en faveur des circulations piétonnes, cyclistes et des transports collectifs.
- une offre d’inter-modalité « de la voiture particulière aux transports collectifs », à mettre en place par le biais de parc-relais en accès de Vallée et en périphérie des pôles.

PDF - 758.7 ko
Concept déplacements période estivale
PDF - 1.1 Mo
Concept déplacements période hivernale

Les scénarios mis en œuvre :

La mise en œuvre du « concept » multi-modal retenu est fortement lié à la capacité de développement du chemin de fer dans la Vallée. Les flux de déplacement à assurer par les transports en commun sont identifiés et quantifiés : reste la question de la répartition entre le train et le bus. Plus le train pourra assurer un grand nombre de ces déplacements, sur l’axe de la vallée, plus les bus pourront compléter efficacement cette desserte ferroviaire vers d’autres secteurs de la vallée.
- Vues les caractéristiques du chemin de fer et les capacités financières de développement de cet axe pour un horizon de 10 à 15 ans, il apparaît que :
/ le chemin de fer doit assurer un maximum de déplacements en liaison avec le haut de la Vallée, à partir de Chamonix.
/ le bus reste le mode de TC principal en liaison avec le bas de la Vallée.
- Plusieurs scénarios de développement de la desserte ferroviaire ont été générés ( voir schémas joints), qui augmentent la fréquence de la desserte et le nombre de halte entre Chamonix et le haut de la Vallée, selon les différentes fréquences :
/ une desserte à la demi heure est insuffisante pour atteindre les objectifs fixés ( réseau de bus trop important et trop dépendant des conditions de circulation sur les axes routiers de la Vallée).
/ le scénario, recommandé, puis retenu, dit « volontariste » propose une fréquence de desserte du haut de la Vallée qui avoisine le ¼ d’heure.

(Voir pour plus de détail le projet Tram Train décrit en tant que tel, déjà en réflexion lors du démarrage du PDU)

- Le schéma d’organisation des transports collectifs recommandé au sein de la Vallée repose sur un système mixte train-bus.

SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Mode d’emploi du site

Association des riverains du chemin du Vieux Four
et des amis du site d'Argentière (74)