sécurité avalanche, développement durable, Argentière 74

Qualité des terrains et faisabilité technique

Parmi les documents recueillis en avril 2009 au Conseil Général, nous avons particulièrement été interpellés par un rapport du CETE (Centre d’Études Techniques de l’Équipement - Laboratoire Régional des Ponts et Chaussées de Lyon ) commandé pour la déviation d’Argentière et intitulé « RN 506 déviation de l’Argentière - AVP Synthèse Géotechnique sept 2004 ».
Ce rapport n’existait donc pas lors de la concertation en 2003 et les recommandations formulées n’auraient pas été prises en compte pour le dossier de l’EP de 2005. Ce rapport contient en effet de nombreuses informations alarmantes (reprises ci après ) sur la construction des trois ouvrages envisagés :

- la galerie de la FIS
- le pont de franchissement de l’Arve
- la galerie des Nants.

Nos inquiétudes, issues de la lecture attentive de ce rapport même sans connaissance approfondie dans cette discipline, sont confirmées par le Bureau d’étude et d’investigation du sous sol GEOMEDIA, que nous avons consulté pour mieux comprendre la situation et pour nous en assurer une bonne compréhension :

Le rapport GEOMEDIA, du 3 septembre 2009, émet des réserves importantes :
- « glissement du versant intéressant le talus du Planet, avec la voie ferrée et la forêt,…,causant un risque majeur à éviter absolument »
- « ce risque ne semble pas avoir été identifié par l’auteur de la synthèse »

PDF - 11.7 Mo
Rapport du CETE - Sept 2004
PDF - 1.3 Mo
Note Geomedia du 3.9.09.

Une campagne de nouveaux sondages a eu lieu l’été 2009. Nous ne disposons pas des résultats : cependant des conversations que nous avons eues avec le personnel chargé des sondages confirmaient :
- dans le lit de l’Arve, la présence de "terrains non porteurs jusqu’à 25m de profondeur"
- que le talus des Nants est un terrain composé de silts gorgés d’eau
- .

L’ouvrage de la galerie de la FIS



- "Il s’inscrit dans un contexte d’éboulis et de moraines ; les données devront être complétées par des reconnaissances avec pour objectif principal de déterminer les niveaux d’eau, des sondages destructifs complémentaires et des essais préalables sur ancrages passifs pour confirmer les hypothèses faites sur la valeur du frottement latéral unitaire. Les tassements sous l’ouvrage feront l’objet de calculs ultérieurs une fois la géométrie des fondations définies...l’ouvrage de franchissement de l’Arve interfèrera avec la galerie de la Fis, car la réalisation de la culée rive droite nécessite la réalisation de terrassements et de soutènement sous le niveau de rétablissement".

- "...aucune nappe de versant n’a été explicitement mise en évidence. On retient une hypothèse de venues d’eau ponctuelles, dont le débit pourrait être important, sans quantification possible."

L’ouvrage de franchissement de l’Arve



- Il "s’inscrit dans un contexte alluvionnaire avec formation de lâches peu consolidées et peu porteuses qui imposent le choix de fondations profondes de type micro-pieux. Des sujétions d’exécution sont à prévoir compte tenu de la nature des sols. En rive gauche, un phasage devra préciser l’ordre chronologique de réalisation du remblai d’accès et des fondations...Une étude de stabilité des remblais sera prévue, ceux-ci seront protégés des risques de crues."
- p.12 "la couche d’éboulis est une formation compacte pouvant offrir une assise correcte. En revanche, les couches d’alluvions sous-jacentes présentent des caractéristiques de sols trop faibles avec des risques d’occurrence de tassements incompatibles avec la réalisation de l’ouvrage...on préconise des fondations par micro-pieux"

L’ouvrage de la galerie des Nants


Il est précisé p.8 de ce même rapport du CETE , que "du point de vue de la stabilité du versant, côté Nants, un glissement de terrain est survenu en juillet 1999 dans un talus aval en contrebas de la voie ferrée...Une avalanche provenant du versant des Nants, durant l’hiver 98-99 était remontée jusqu’au niveau de la voie ferrée. Le glissement est supposé dû à une décompression brutale des terrains gorgés d’eau, après la fonte des neiges".
- "En rive gauche de l’Arve, le tracé de la galerie paravalanche des Nants recoupe les alluvions récentes de l’Arve et les moraines GY."

- "Les observations de surface et en particulier sur les soutènements amont de la voie ferrée, mettent en évidence la présence d’eau dans le talus, avec des venues d’eau quasi permanentes. Une venue d’eau importante est localisée au pied d’un enrochement et d’un masque drainant en bordure de chaussée. On retiendra l’hypothèse de la présence d’une nappe de versant à faible profondeur, pour l’ouvrage des Nants."
- "La présence d’eau en abondance, associés à une base de versant à la limite de la stabilité, constituent des conditions défavorables. Il faudra en outre maîtriser les déplacements du sol, en raison de la présence de la voie ferrée en amont de l’ouvrage.Il est conseillé de dimensionner des ouvrages définitifs afin de limiter la poussée des terres sur les murs amont des galeries. Les conditions de stabilité en phase provisoire resteront précaires"
.

Impact potentiel sur le talus SNCF-RFF

La réalisation des ouvrages prévus aurait présenté de très nombreuses difficultés : le coût de réalisation, comme la durée des travaux, en auraient été fortement affectés. Une estimation préalable, complète et approfondie des coûts aurait du remettre en question le choix initial.


- en 2005 la direction de la SNCF de Chambéry, consultée en concertation, a demandé de ‘’s’assurer de l’absence de mouvement de terrain en plate forme ferroviaire’’, et il a été proposé à l’époque ‘’qu’un suivi topographique et inclinométrique soit réalisé pendant le chantier, au niveau de la voie ferrée en accord avec les services SNCF/RFF ‘’.
- selon les informations que nous avons recueillies, le directeur des services techniques de Chamonix avait informé la SNCF le 11 septembre 2003, que d’après un expert du CETE « les reconnaissances géotechniques réalisées ne montrent pas d’instabilité notable pour le projet routier ». Or les rapports du CETE et de GEOMEDIA, connus en 2009 seulement précisent clairement le contraire.

PDF - 5.5 Mo
Concertation administration- collectivités locales : fevrier 2005
PDF - 1.2 Mo
Echanges SNCF / DST Cham

Par ailleurs, nous avons également jugé utile de transmettre le rapport GEOMEDIA à Réseau Ferré de France (RFF Rhône Alpes) le 10 septembre 2009, avec nos réflexions relatives à la mauvaise qualité de ce terrain, composé de silts gorgés d’eau et en rappelant ces documents de 2003, 2004 et 2005.

SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Mode d’emploi du site

Association des riverains du chemin du Vieux Four
et des amis du site d'Argentière (74)