sécurité avalanche, développement durable, Argentière 74
Accueil > Projets en cours dans la vallée > Le train tram > Quelques éléments tirés du PDU

Quelques éléments tirés du PDU

Nous avons consacré dans le site un fort développement sur le PDU car il nous parait extrêmement important pour l’avenir et il s’appuie sur la volonté conjointe des 4 communes de Servoz, les Houches, CHamonix, Vallorcine.
D’où les propositions que nous avions faites lors de l’enquête publique sur les PDU

Nos propositions d’alors

Nous sommes « impressionné favorablement par ce dossier, complet , bien étayé et très constructif pour notre avenir dans la vallée, prenant en compte un souci de développer la sécurité et la protection de l’environnement. Je souhaite que ce travail soit largement diffusé et connu de tous ! Bravo pour le souci de développer les transports en commun et les déplacements doux ! »

« Il conforte une partie des revendications de notre association qui plaide depuis plusieurs années en faveur du « TRAIN – TRAM » Encore faudrait-il aller plus loin dans cette promotion en le rendant plus performant : Nos adhérents seraient en particulier très reconnaissants d’en élargir l’accès : nous vous invitons à proposer la création d’un arrêt facultatif « au sommet des biens » en haut de la plaine au nord du village d’Argentière au pied du Planet : Cet arrêt permettrait aux riverains du chemin du Vieux Four d’utiliser le train particulièrement en été et en plus basse saison ; d’autre part il permettrait de prendre en compte l’utilisation du chemin du Vieux Four par les promeneurs de tous âges qui l’empruntent pour rejoindre le Planet sans prendre la route. Le Planet est traversé par le petit balcon nord et donne accès à des randonnées faciles : ‘’Le Tour’’, ‘’Péclerey’’ , ‘’ La Pierre à Bosson’’ , ‘’retour sur la moraine d’Argentière, le village ou les chosalets ‘’,…etc. »
Tel est le but affirmé dans les statuts de notre association : le maintien de ce secteur pour les promeneurs.

Le PDU à grands traits / Train Tram (plan d’action adopté en 2007)

• Parallèlement à l’élaboration du PDU, une étude a été lancée par Réseau Ferré de France ( RFF), le Sivom et le Conseil Régional Rhone-Alpes, concernant l’adaptation de l’infrastructure au projet de desserte ferroviaire dans la Haute Vallée. Deux obstacles ont amené a revoir légèrement à la baisse le scénario volontariste :
- la nécessité que les trains se croisent systématiquement dans toutes les gares du tronçon central et l’obligation ( par sécurité ) de ne pas utiliser à 100% la capacité du réseau,
- la quasi impossibilité technique de réaliser deux points de croisement supplémentaire à La Joux et aux Moussoux.

• Un scénario de desserte dense ( à 20 minutes sur le tronçon central ) avec trois types de missions et respecte les cadencements en France et en Suisse (Martigny) :
St Gervais – Vallorcine cadencée à l’heure
Les Bossons – Martigny cadencée à l’heure
Les Bossons – Vallorcine de renfort, cadencée à l’heure

• Une telle organisation donnerait, en hiver
St Gervais-Les Bossons : 17 rames Jours
Les Bossons – Chamonix : 35 rames Jours
Chamonix – Vallorcine : 36 rames Jours
Vallorcine – Le Chatelard : 13 rames Jours

Evolution des dessertes fer en pleine saison hivernale

• La mise en œuvre de ce cadencement va nécessiter :
- le renouvellement quasi intégral de l’armement de la voie ( ballast, traverses, rail) qui est à bout de souffle.
- la réfection du tunnel des Montets
- la mise en place d’un système de signalisation moderne et sécuritaire, indispensable
- la création de deux points de croisement supplémentaires au Buet et aux Praz
- le renforcement des équipements de traction électrique pour supporter l’augmentation de puissance appelée.
Le coût total de ces opérations est chiffré à 45M€. plus 3 rames Z 850 pour 13,5 M€

• Un étalement de ces investissements a été prévu sur trois phases :
- phase 1 : rénovation de la ligne dans la partie haute, entre Chamonix et Vallorcine et passage à 2 trains par heure ( 27,5M€)
- phase 2 : rénovation de la partie basse de la ligne, pour bénéficier d’une infrastructure modernisée de haut en bas, sans augmenter l’offre de transport. ( 15M€)
- phase 3 : mise en place de l’offre cible à 20 minutes et achat des 3 nouvelles motrices.( 16M€)
Le coût d’exploitation s’élèverait à 11, 3M€ ce qui donnerait un ration train-kilomètre de 21,44 € contre 24,9 € en 2005.
La mise en place de cette offre dense devra être accompagnée :
- de mesures d’aménagement de parc-relais
- d’arrêts et d’aménagement/sécurisation des accès aux différents arrêts et stations.

SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contact | Mode d’emploi du site

Association des riverains du chemin du Vieux Four
et des amis du site d'Argentière (74)